0

 




Le Congrès national congolais (CNC) a rejeté les sanctions prises contre son Autorité morale, Pius Muabilu Mbayu Mukala, a déclaré à la presse le porte-parole de ce parti politique, Harold Badibanga, mercredi 28 octobre 2020 à Kinshasa.

« La suspension infligée à l’Autorité morale du CNC est sans aucune conséquence juridique car non prévue par les Statuts du regroupement », a déclaré Harold Badibanga.

Il a dit qu’il se réserve le droit de « saisir les instances judiciaires de la République, en vue de porter lesdits faits pour sanction et juste réparation ».

Le porte-parole du CNC a appelé la base du parti « au calme et à la sérénité, à vaquer librement comme d’habitude aux activités du parti et de la plateforme, à ne jamais céder aux provocations ni croire aux fausses rumeurs des réseaux sociaux, à ne prendre aucune position au regard des enjeux de l’heure sans la moindre autorisation de la hiérarchie du parti ».

Le CNC dénonce ce montage, confirmé par les appels téléphonique de certains cadres de la plateforme AA/a lors de la réunion, qui sont « animés d’une haine et d’un acharnement sans précédent pour influencer cette violation flagrante des Statuts ».

Il a rappelé qu’ »il est de principe dans le fonctionnement des institutions de l’État que l’on est ministre de la République et non pour son parti ».

Il a expliqué que « la présence de l’Autorité morale à la séance de prestation de serment des juges constitutionnels reste un acte d’un homme d’Etat, ceci traduit même l’esprit de l’article 97 alinéa 2 de la Constitution ».

« Au regard de ce comportement malveillant tendant à nuire et à ternir l’image du CNC et son Autorité morale, ces derniers réaffirment leur appartenance au Front Commun pour le Congo », a-t-il conclu.


LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top