0








"La reine du Mutuashi" a regagné sa maison hier mardi 17 novembre, après avoir passé la nuit au cachot de l’Agence nationale de renseignements, où elle était interpellée pour s’expliquer sur « Ingratitude », sa chanson à polémique , balancée le week-end dernier sur les réseaux sociaux.

Cette information s'est vite répandue sur les réseaux sociaux, quelques heures après la relaxation de l’artiste musicienne Tshala Muana. Et à travers la première vidéo de sa liberté, on aperçoit la « Mamu nationale », assise dans un salon, aux côtés du patron de Télé 50, Jean-Marie Kasamba. Ce dernier a laissé entendre que la chanteuse a été bien traitée durant sa détention.

« Nous suivons le dossier depuis hier. Les services de sécurité, les responsables, les autorités nous avaient déjà promis pour sa relaxation depuis hier. Mais, il y avait des petits problèmes au niveau des réglages administratifs et cela a été concrétisé ce matin. On nous a appelés pour aller la récupérer. Nous sommes toujours aux cotés de tous les Congolais de quelques bords que ce soit, à partir du moment où ils ont des problèmes. Et nous remercions pour ce faire, les services, notamment l’ANR, l’AG et ses services, son adjoint, le conseiller spécial et le président de la République de l’oreille attentive. Maman a été bien traitée, elle est un peu fatiguée depuis hier… », a souligné Jean-Marie Kasamba.

Au cours d’un entretien avec un journaliste de B-one, Tshala Muana a déclaré qu’elle reste artiste et que ses chansons sont composées d’après ses inspirations. « Depuis toujours, j’aborde des thèmes comme déception ou encore ingratitude. Je n’ai aucun intérêt à m’adresser au Chef de l’Etat (…) Cette chanson a été adressée à MJ 30 et à plusieurs personnes qui m’ont déçue, mais pas au Président de la république », fait-elle remarquer.

La chanteuse a également précisé qu’elle n’a jamais tourné un quelconque clip de cette chanson, avant de dénoncer qu’il s’agit d’un groupe de personnes malintentionnées qui veulent nuire à son image et à sa carrière. 

« Je suis vraiment déçue de voir que les personnes malintentionnées collent plusieurs images à ma chanson par des montages. Je n’ai jamais tourné un quelconque clip de cette chanson », s'est défendu la chanteuse de 62 ans.

Alors qu’elle n’est pas encore officiellement lancée sur le marché de disque, la chanson « Ingratitude » de Tshala Muana a connu un succès retentissant ces deux derniers jours, allant jusqu’à enregistré plus d’un million de téléchargement pour la seule journée du lundi 16 novembre, jour de l’arrestation de son artisan. 

Certains congolais, « pro Fatshi » pour la plupart, soutiennent que cette chanson s’attaque au chef de l’Etat. « En parlant de l’échec dans un examen ou dans une compétition, cette artiste veut abusivement dire au chef de l’Etat qu’il n’avait pas réussi au vote, même si elle ne le cite pas nommément. C’est une offense à la personne du chef de l’Etat et cela justifie cette arrestation », lançait un militant de l’UDPS. 

Certains analystes ont, par contre condamné cette attitude qui, selon eux, vise à restreindre la liberté d’expression, constitutionnellement garantie à tout citoyen. 

Cette chanson est pour le moment interdite de diffusion sur les chaines de télévision et stations de radio émettant en République démocratique du Congo par la Commission nationale de censure des chansons et des spectacles.

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top