0






Plus rien ne va dans les relations entre le président de la République, Félix Tshisekedi et son prédécesseur, Joseph Kabila.


Les deux partenaires de l'alternance historique intervenue en République du Congo à l'issue de la présidentielle du 30 décembre 2018 se regardent désormais en chiens de faïence. 
La prestation de serment de trois juges de la Cour Constitutionnelle est sans nul doute la goutte d'eau qui a fait déborder les vases.


Alors que Félix Tshisekedi vient d'annoncer la mise en place de l'Union sacrée pour la nation lors de sa dernière adresse à la nation à l'issue des consultations qu'il a entamé pour visiblement mettre fin à la coalition au pouvoir composée FCC- CACH qui l'empêcherait de concrétiser de son projet de l'instauration de l'Etat de droit en République Démocratique du Congo, Joseph Kabila tient toujours à l'accord FCC- CACH qu'il considère comme gage de stabilité. 


Le Rais l'a rappelé lors de son speech devant les sénateurs et députés de sa famille politique, Front Commun pour le Congo dans sa ferme de kingakati.
Selon Jeune Afrique, Joseph Kabila avait confirmé qu'il avait signé le deal avec Félix Tshisekedi en présence de trois chefs africains.


Dans le camp de Félix Tshisekedi, on continue à soutenir que le salut du peuple est la loi suprême. 


Le Haut représentant du Chef de l'Etat, Kitenge Yezu fait savoir dans son compte Tweeter, qu'aucun accord ou deal n'est au-dessus de l'intérêt du peuple congolais du peuple congolais.
Pour tirer les draps de son côté, les deux camps viennent de lancer les hostilités sur le plan diplomatique. 
La semaine qui s'achève, Félix Tshisekedi a envoyé ses émissaires sous la conduite de son conseiller privé, Fortuna Biselele en Égypte et Rwanda pour convaincre le président égyptien, Al-Sisi et le Rwandais du bien-fondé de sa démarche de mettre en place l'Union Sacre pour la Nation à l'issue de ses consultations avec les forces politiques et sociales représentatives.


De son côté, Joseph Kabila vient de lancer une offensive diplomatique pour défendre le respect de l'accord conclu avec l'actuel chef de l'Etat.


L'autorité morale du Front Commun pour le Congo a écrit une lettre claire au secrétaire général de Nations Unies et les autres parrains des accords et les pays de la SADC.
Pour l'ancien directeur du collège diplomatique, Kikaya Bin Karubi qui confirme l'information, il n'y a pas de solutions en dehors de l'accord.


A l'issue sa retraite à Safari Beach, le Front Commun pour le Congo s'est dit toujours ouvert au dialogue, mais dans le cadre de l'accord conclu entre le FCC et le CACH.


"Les sociétaires de Kabila qui n'attendent cautionner la requalification d'une nouvelle majorité sur fond de la corruption, a proposé l'organisation générales anticipées à tous les niveaux en cas de la persistance de la crise pendant ce temps l'idée l'Union Sacrée continue à faire du chemin au palais de la nation.


Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Modeste Bahati se montrent disponibles pour adhérer à la démarche du fils de l'opposant historique tendant à mettre en place l'Union Sacrée pour la République. 

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top