0

 






La présidentielle américaine va-t-elle changer quelque chose en République démocratique du Congo, un pays où l’administration Trump apportait un important soutien au nouveau chef de l’Etat congolais face à son prédécesseur ?

Du côté de la présidence, on affichait une pleine confiance, hier, mardi 2 novembre. Joe Biden ou Donald Trump... un proche de Félix Tshisekedi dit suivre cette élection comme tout le monde, mais avoir eu les assurances que la ligne de Washington à l’égard de la RDC ne changerait pas.

Reprise de la coopération militaire

Depuis deux ans, l’ambassadeur américain Mike Hammer ne cesse de déclarer que Félix Tshisekedi, c’est le changement attendu par les Congolais. Juste avant les élections américaines, la coopération militaire a repris entre les deux pays.

Mais voilà, s’il y a une ligne qu’ont partagé les derniers présidents américains, républicain comme démocrate, c’est d’avoir une position dure à l’égard de l’ancien chef de l’Etat, Joseph Kabila. Des parlementaires des deux partis ont réclamé des sanctions à l’égard de ses proches et associés. L’ancien chef de l’Etat avait pourtant essayé d’approcher l’administration de Donald Trump. Des lobbyistes très proches du président républicain avaient même été engagés pour tenter d’adoucir la position de Washington, en vain.

Bras de fer

Cette élection en plein bras de fer entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, alors même que le nouveau président consulte pour, l’explique-t-il lui-même, se dégager d’un accord qui l’empêche de pouvoir faire passer ses réformes, craint un peu de fébrilité de part et d’autre. Tant l’administration Trump a soutenu le président Tshisekedi. Si c’est Joe Biden, ça ne sera sans doute pas exactement la même chose, confie un membre de l’entourage de Joseph Kabila.


LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top