0






La livraison de cette étude est attendue dans trois mois, soit au début du mois de février 2021. Ses résultats vont conduire au lancement des appels d’offre pour la deuxième phase de la mise en œuvre du Système National d’Identification Digitale qui va enfin doter à chaque congolaise et chaque congolais d’un numéro d’identifiant unique et une carte d’identité biométrique. Cela corrigera une anomalie administrative majeure qui aura duré trop longtemps avec des conséquences négatives très importantes et incalculable dans tous les secteurs de la vie socio-économique de la RDC.


La première pierre du Projet de Système National d’Identification Digitale, SNID en sigle, a été posée ce jour avec le lancement officiel qui s’est déroulé à l’Hôtel Kin Plaza Arjaan by Rotana à Kinshasa.

On se rappellera que ce projet est un engagement du Président de la République, Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO qui avait lors de son discours d’investiture, le 24 janvier 2019, annoncé comme une exigence « d’engager le Gouvernement à réaliser très rapidement un recensement sur tout le territoire, l’information démographique fiable étant nécessaire à la planification de notre développement dans l’ensemble du pays, province par province ».

Ce projet est au cœur du Plan National du Numérique « Horizon 2025 » qui est la feuille de route pour la transformation numérique de la RDC comme le Chef de l’État l’avait rappelé lors de l’ouverture de l’atelier qui l’a validé en date du 03 septembre 2019, en declarant que « l’avènement d’un fichier général de la population est prioritaire et il faut que chaque citoyen dispose d’un identifiant unique associé à une carte d’identité biométrique ».

Le vice-Premier Ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires Coutumières, Gilbert KANKONDE MALAMBA, ayant cette matière dans ses attributions, a levé l’option d’un schéma modulaire avec des financements mixtes (publics et privés) en s’appuyant sur la Banque Africaine de Développement (BAD) fort de son expérience dans l’accompagnement de nombreux pays en Afrique pour des projets similaires. Il a réussi à faire adopter cette approche et le Projet du SNID lors du Conseil des Ministres du 31 janvier 2020.

La première phase de ce projet est une étude de faisabilité dont le lancement nécessitait la mise en place préalable du Comité National de Suivi de la mise en œuvre du SNID en RDC et le recrutement d’un cabinet pour mener ladite étude.

L’arrêté portant création de ce Comité National de Suivi a été signé en date du 05 mars 2020 et le Cabinet Ernst & Young a été retenu à la suite d’un appel d’offre international, lancé dans la foulée par la BAD, qui a connu plus de 40 Manifestations d’Intérêt.

Toutes les parties prenantes ont été invitées à travailler en parfaite synergie. Il s’agit du Cabinet du Président de la République, du Cabinet du Premier Ministre, de Neuf Ministères, de l’Office National d’Identification de la Population (ONIP), du Bureau Central de Recensement, de la Banque Africaine de Développement et du Cabinet Ernst & Young en vue de produire à terme, une étude structurante permettant notamment de définir les conditions d’assurance de la collecte, l’enregistrement, le traitement, la certification et l’accessibilité de l’information sur les personnes vivants en RDC, sur les personnes entrant ou sortant du pays ainsi que la configuration des actions légales, réglementaires et fonctionnels d’encadrement de l’exploitation de ce registre.

Le Conseiller Spécial du Chef de l’Etat en charge du Numérique affirme que « le lancement de ce projet est la parfaite démonstration que la mise en œuvre du Plan National du Numérique Horizon 2025, avec vingtaine de projets lancés ou amorcés à ce jour, est désormais une réalité irréversible ». Il ajoute que « l’identification digitale de la population et le registre numérique national de la population constituront l’épicentre des projets tels ceux de l’inclusion financière, de la tenue des registres clairs de sécurité sociale, de suivi de l’évolution scolaire et académique des personnes, de la mise en place du registre foncier pour ne citer que ceux-là, sans oublier le projet titanesque et structurant de 16.000 km de fibre optique mené de mains de maître par le Ministre des PTNTIC Augustin KIBASSA MALIBA dont la contribution dans la mise en place du SNID est aussi très significative ».


L’expertise congolaise n’est pas en reste dans ce projet car l’équipe du Cabinet Ernst & Young compte en son sein des experts congolais et elle pourra compter sur la collaboration de l’Office National d’Identification de la Population, animé par son DG Richard ILUNGA qui était présent lors de ce lancement.


La livraison de cette étude est attendue dans trois mois, soit au début du mois de février 2021. Ses résultats vont conduire au lancement des appels d’offre pour la deuxième phase de la mise en œuvre du Système National d’Identification Digitale qui va enfin doter à chaque congolaise et chaque congolais d’un numéro d’identifiant unique et une carte d’identité biométrique. Cela corrigera une anomalie administrative majeure qui aura duré trop longtemps avec des conséquences négatives très importantes et incalculable dans tous les secteurs de la vie socio-économique de la RDC.



LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top