0





Le ministre d’État à l’Urbanisme et Habitat ( FCC), Pius Mwabilu a été reçu, comme personnalité politique, par le président de la erépublique, Félix Antoine Tshisekedi, mercredi 11 novembre 2020, au Palais de la nation dans le cadre des consultations présidentielles.

Au sortir de cet entretien, le triple élu du Mont Amba s’est confié à la presse.

« J’ai été invité comme personnalité politique. Mais, cela n’enlève en rien le fait que je sois l’Autorité morale du Congrès national congolais (CNC), mon parti, et mon regroupement politique Alliance pour l’avenir », a-t-il déclaré à la presse.

Le président du CNC a indiqué qu’en tant que député national, il est d’abord au service du peuple.

 » Il faut aller de l’avant « , a-t-il réagi au sujet de la situation politique actuelle.
« On ‘est pas député national pour sa propre famille. Je reste au service de mon peuple » , a ajouté l’élu du Mont Amba.

À la question de savoir sur quoi ont porté les échanges avec le Chef de l’État et ce qu’il pense de l’idée de création de l’Union sacrée, Pius Mwabilu a répondu :

« Je ne peux pas livrer le contenu de nos échanges avec le président de la République. Tout ce que vous devez savoir, comme républicain, je suis venu répondre à l’invitation du Chef de l’État pour parler des questions qui concernent l’avenir de notre pays, notre peuple et son bien-être pour le développement de notre pays ».

Pour le patron promoteur du groupe de presse l’Avenir, « ce n’est pas un problème de liberté face à sa famille politique mais de bon sens. Lorsqu’on a été élu trois fois dans ce pays comme député national, avec les responsabilités qui sont les miennes, on enlève la casquette personnelle pour porter celle de notre peuple. Il faut privilégier l’intérêt général que l’intérêt personnel ».

 » J’ai réservé la primauté de mes échanges avec le président de la République à mes camarades du parti et du regroupement. Je peux vous rassurer que nous avons échangé sur des questions importantes qui concernent l’avenir de notre nation. Il faut aller de l’avant, il faut des réformes. C’est très nécessaire. Donc, comme républicain, je suis venu répondre à l’invitation du Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi », a-t-il précisé.

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top