0







Alors, c'est qui le ou les sorcier(s) ? Question habituelle à la suite d'un décès en Afrique. Ou d'un mauvais sort. Pour la débâcle parlementaire du FCC, on a cité -non sans raison-quantité de raisons étrangères à la plateforme kabiliste. D'une phrase, il s'agit des considérations géopolitiques - le contrecoup de l'option chinoise- facilitées par la transhumance légendaire du personnel politique rd congolais. " Régimiste "-le mot n'est pas français- devant l'Eternel, l'homo politicus du bord du majestueux fleuve Congo a une capacité peu commune d'acclimatation aux alternances. Avant-hier Mobutu, hier Mzee et JKK, aujourd'hui Fatshi. Et demain ? Le même opportunisme disposera.


Une fois que l'on a fini de pérorer sur la théorie du double complot, apparaît l'autre versant du fiasco du FCC. Cette fois-ci, il est question de la poutre qui est dans l'œil du méga-regroupement kabiliste.


Pour une fois, des sénateurs dont la très Kingakati Francine Muyumba brisent l'omerta en dénonçant le déficit de leadership du FCC. Pas seulement, ces élus des élus en appellent à l'avènement d'une autre équipe dirigeante "consciencieuse", "éprise de valeurs républicaines " et " plus en phase avec les enjeux du moment ".


Pas le moindre doute. La réplique du volcan enregistré dans les travées de l'Hémicycle de la Chambre a atteint la Haute assemblée. Les sénateurs kabilistes n'entendent pas être ensevelis par la lave qui provient du Palais de congrès.


D'où ce cri de révolte sans nul doute déjà entendu par l'autorité morale. Va-t-il l'écouter ? Là est la question.


En attendant la réaction ou le " mot d'ordre " du Raïs, un constat archi-dressé qui explique, en partie, le Waterloo du 10 décembre dernier. Au plus fort de l'ivresse du lait, nombre de proches de Joseph Kabila roulaient davantage pour eux-mêmes que pour la consolidation du pouvoir. Ils jouaient perso au lieu de jouer collectif.


Chaque " éléphant" de la kabilie prenait soin d'entretenir son écurie pour son confort dans la cour. L'élargissement de la base politique reposait donc sur le clientélisme que sur l'efficacité. Comme, en plus l'exercice du pouvoir éloigne, JKK s'est éloigné consciemment ou inconsciemment de certains de ses partenaires et partisans de qualité.


Les flagorneurs -façon le Corbeau et le Renard- , les situationnistes professionnels , les conseillers ou conseilleurs du soir ont pris le dessus sur les collaborateurs lucides . Une fois le vide opéré, la garde rapprochée ceinture totalement et complètement le " Chef ". Le voici isolé du vrai monde. Bonjour la tour d'ivoire ! Le mot d'ordre via " l'entourage " remplace le contact et la concertation.


Telle est la mécanique que dénonce, au fond, les " frondeurs ? " nichés au Sénat. En somme, la kyrielle d'avatars des pouvoirs jupitériens ou hyper verticaux qui se succèdent à Kinshasa sans être une exception rd congolaise.


Outre-tombe, le Maréchal Mobutu par exemple connaît par cœur " la série FCC ". En coach averti, il pourrait conseiller à son lointain successeur et fils " Félix-Antoine " de tirer anticipativement les leçons de l'histoire en évitant de tomber dans les mêmes travers. Car les mêmes causes produisent inévitablement les mêmes effets.

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top