0








Suspendu par Gilbert Kankonde, Vice-premier ministre en charge de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières, pour avoir entretenu un cachot clandestin et pour expulsion irrégulière de sujets indiens, le DG de la DGM, Roland Kashantwale s’illustre dans l’insubordination, faisant croire à l’opinion qu’il aurait été réhabilité par le chef de l’Etat Félix Tshisekedi. Pire, la Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption (LICOCO), publie un communiqué qui attaque le VPM Gilbert Kankonde, en prenant cause et fait pour le DG Kashantwale.


En réaction à ce communiqué de la LICOCO, les intellectuels et cadres de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS/Tshisekedi) sont montés au créneau pour dénoncer la légèreté et la complicité qu’a fait montre cette ONG qui est censée lutter contre la corruption. Car en effet, informé par ses canaux en tant que patron de la sécurité intérieure de la RDC, Gilbert Kankonde est descendu à la DGM pour se rendre compte lui-même des accusations portées contre la DGM, office qui est sous sa tutelle. A la découverte par lui d’un cachot clandestin où étaient détenus un certain nombre d’étrangers pendant plusieurs jours sans être présentés devant un juge, il demandera au patron de la DGM qui, à cette occasion n’avait même pas accompagné le VPM à ce lieu d’incarcération de ces sujets étrangers (indiens), de lui produire un rapport détaillé de chaque cas pour lui permettre de prendre une décision.

Et pourtant, 3 jours avant leur expulsion, le parquet général près la Cour d’appel de la Gombe avait sollicité de la DGM le transfert de ce dossier sous le n°7169/RAP.0073/PG023/a/MET/2020 du 16 novembre 2020. Cette correspondance a été reçue à la DGM le même jour à 15h22′. Mais curieusement, le DG Kashantwale décide unilatéralement d’expulser ces sujets indiens en violation des articles 19, 32 et 34 de la constitution, et l’article 11 de la loi sur la police des étrangers.

«L’acte commis par le DG de la DGM peut attirer des ennuies à la RDC au niveau de cours et tribunaux internationaux, à l’instar de l’affaire Diallo ayant coûté à la RDC plusieurs millions de dollars, car, expulsé dans de conditions similaires», font remarquer les intellectuels et cadres de l’UDPS qui rappellent à la LICOCO que c’est plutôt elle qui est corrompue manifestement, car se plaçant visiblement du côté de ceux qui se sont substitués à la justice, se permettant de régler les litiges entre commerçants en lieu et place des Cours et tribunaux. Aussi, ces cadres sont intéressés de connaître de monsieur Ernest Mpararo et de sa Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption, à quel niveau se situe la part du VPM dans cette présumée protection des indiens qui aurait violé les lois de la république, alors que la Cour d’appel les réclamaient, mais la hiérarchie de la DGM a préféré les soustraire de la justice, en les expulsant !

le DG Kashantwale serait entêté dans sa rébellion contre le VPM, par certains frères biologiques du Chef de l’État dont le média tait volontairement les noms pour de raisons évidentes. Pire, l’on raconte également dans le milieu de l’UDPS, que le DG Kashantwale navigue par trafic d’influence, du fait qu’il appartient à la même tribu que la première dame et que les frères de cette dernière le protégeraient.

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top