0






Le ministre du Commerce Extérieur, Jean-Lucien Bussa, a, dans une correspondance adressée à Joseph Kabila le 21 décembre 2020, annoncé son départ du Front Commun pour le Congo (FCC).

Pour appuyer sa décision, soutenue par son parti politique la Coalition des Démocrates (CODE), Jean-Lucien Bussa indique qu'il a toujours appelé à des réformes "essentielles" sur le plan politique en République démocratique du Congo. Il s'agit notamment du retour de la présidentielle à deux tours, la suppression du seuil d'éligibilité imposé aux partis politiques et le changement du mode de désignation des gouverneurs de provinces.

Dans la foulée, Jean-Lucien Bussa affirme que, bien que le FCC n'a pas pris part aux consultations menées par le chef de l'État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, les conclusions de celles-ci ont mis en exergue une convergence des vues entre le discours du président de la République et la CODE sur les réformes évoquées.

"De ce qui précède, camarade autorité morale du FCC, m'inscrivant dans cette dynamique qui prend en compte les demandes politiques pressantes de nos compatriotes, j'ai décidé, la CODE entendue en sa réunion du 19 décembre 2020, après avoir consulté la base, de prendre ma liberté d'engagement et d'action politiques en vue d'œuvrer, en toute responsabilité, pour l'aboutissement des réformes pré-rappelées au mieux des intérêts du peuple Congolais", a écrit Jean-Lucien Bussa à Joseph Kabila.

Pour rappel, dans une déclaration parvenue le 7 décembre dernier à 7SUR7.CD, le regroupement politique CODE de Jean-Lucien Bussa, avait déclaré avoir suivi avec une "attention soutenue" le discours du chef de l'État.

La CODE avait noté avec intérêt les "options majeures" liées aux réformes politiques et à la préservation des acquis démocratiques, notamment la restauration de l'élection présidentielle à deux tours, la modification de la loi électorale précisément sur le seuil de l'éligibilité, la double nationalité et la territoriale des non-originaires. 

Par ailleurs, la CODE avait rappelé que ces problématiques ont toujours fait l'objet de sa lutte et qu'elle a depuis plusieurs semaines pris clairement et publiquement position sur le retour à la volonté du constituant originaire.

"Aussi, la CODE soutiendra toute réforme s'inscrivant dans cette dynamique et ce, dans le strict respect de la constitution et des lois de la République. Tout en considérant l'intérêt du peuple comme seule finalité de l'action publique, la CODE soutient avec insistance  que tout ajustement politique préconisé soit de nature à maintenir la stabilité institutionnelle, la paix, la sécurité et à améliorer le vécu quotidien  du peuple congolais", pouvait-on lire dans cette déclaration qui était signée par Alexis Mondonge Bambulu, coordonnateur a.i de la CODE.

Pour rappel, le chef de l'État a, dans son discours prononcé dimanche 6 décembre dernier, mis un accent sur les différentes réformes à mener notamment sur le plan politique et électoral. C'est dans le cadre de l'Union sacrée de la Nation que le président Tshisekedi entend mener ces réformes, avec une nouvelle coalition majoritaire au Parlement.


LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top