Liens commerciaux

0
Le député provincial de Kinshasa Gérard Mulumba a comparu "devant un tribunal qui a siégé dans son lieu d'hospitalisation", a déclaré à l'AFP son avocat, Me Léon Ngombwa.

"C'est un acharnement du pouvoir qui veut le faire condamner par tous les moyens à travers un procès qui n'en est pas un", a ajouté Me Ngombwa.

L'élu local "souffre de complications rénales", a indiqué à l'AFP le député Léon Mulumba, son frère aîné. "Lors de cette audience, il n'a pu ni parler ni bouger de son lit d'hôpital", a-t-il ajouté.

Une ordonnance du parquet, largement partagée sur les réseaux sociaux, l'autorise depuis deux semaines à "suivre des soins dans un centre hospitalier approprié", a expliqué son avocat.



Mais l'avocat accuse la puissante Agence nationale des renseignements (ANR) d'avoir bloqué cette libération provisoire décidée par le parquet.

Gérard Mulumba a été arrêté le 10 novembre 2017 à l'aéroport de Kinshasa puis détenu au secret et transféré le 19 janvier dans une clinique de Kinshasa à cause de la dégradation de son état de santé, "constatée par des médecins commis par l'État", a expliqué son avocat.

L'élu, membre du parti historique d'opposition l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) risque au maximum une peine de deux années de prison, selon son avocat.

Le tribunal a promis de se prononcer "dans 48 heures".

Arrêté il y a quelques mois pour « outrage au chef de l’État », transféré à la clinique Ngaliema de Kinshasa pour raisons de santé, l’opposant politique Gecoco Mulumba a été entendu, une nouvelle fois, par les juges venus jusqu’à son lit d’hôpital.

Kamerhe invite les autorités à « l’humanisme »


Et donc, l’ancien président de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe, s’était voulu compatissant en se rendant à son chevet ce mardi 20 février. Sur sa page twitter depuis cet après-midi, ce tweet est consultable : « heureux les persécutés pour la justice car le Royaume des cieux est à eux. Bonne chance Gecoco Mulumba ».

Ce dernier, ancien membre influent du PPRD, parti au pouvoir, a tourné casaque pour traverser vers l’aile dure de l’opposition : dénonçant certaines prises de position du pouvoir de Kinshasa. Incarcéré, le président de l’Union pour la nation congolaise et ancien proche du président Kabila, dans son tweet, invite « les autorités à un minimum d’humanisme » et de « relaxer, dit-il, ce père de famille pour aller se faire soigner »



AFP / CAS INFO
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top