Liens commerciaux

Emission Kiosque du 23 Avril 2018 avec Mike Mukebayi et Serge Kabongo : Katumbi veut chasser Kabila par les armes !

0
Une baguette de pain a continué de se négocier hier mardi 27 mars à 300 fc à Kinshasa au lieu de 200 FC. Le pain rectangle à 400 FC et le pain au lait à 1.200 FC. Alors que le ministre de l’Economie demandait aux opérateurs oeuvrant dans ce secteur de surseoir cette décision. Certains boulangers de la capitale, comme ceux de Pain Victoire, ont carrément refusé de fabriquer cette denrée de consommation quotidienne par crainte de « travailler à perte ». Ce qui, d’ailleurs, a révolté les vendeuses de cette usine de panification, furieuses d’avoir chômé.

A travers ce refus de revoir à la baisse le prix du pain, les boulangers défient carrément le ministre de l’Economie. Joseph Kapika avait décidé, le lundi 26 mars, de surseoir à la décision unilatérale de revoir à la hausse le prix du pain à Kinshasa. Il avait pris cette décision après une séance de travail avec les responsables des usines de panification. Il leur avait, en outre, instruit de faire parvenir, dans un bref délai, leurs grilles des prix au ministère de l’Economie.
Par ailleurs, il a été décidé, au cours de cete réunion entre les fabricants des pains et le ministère de l’Economie que , les boulangers revoient à la hausse les taux de pourcentages de mamans engangées à la vente de leurs produits au cas où il n’y aurait pas baisse du prix du pain. Hier, plusieurs vendeuses trouvées devant l’usine « Pain Victoire » ne comprennent pas que le prix du pain puisse prendre de l’envol alors que les pourcentages de leurs commandes restent tels quels. Pour elles, la révision à la hausse du prix du pain devrait avoir un impact sur leurs salaires. Ce que ne veulent pas entendre les responsables de certains boulangeries de la place.
Pour ces derniers, la hausse du prix du pain est consécutive au changement du prix du froment qui passe de 42.000 fc à 67.000 fc le sac. « Voilà ce qui nous donne des difficultés, s’il faut opérer un changement au niveau de la prime que gagnent des mamans employées pour la vente en détails de nous produits », s’est confié un agent d’une usine de panification qui a requis l’anonymat.
Rachidi MABANDU
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top