Liens commerciaux

0
L’Unicef entend sensibiliser davantage les élèves des écoles de Kinshasa sur l’importance de l’eau, du lavage régulier et systématique des mains et de l’assainissement en milieu scolaire. C’est le sens de l’exposition dont le go a été donné, hier lundi 5 mars, par le ministre de l’Enseignement primaire et secondaire, Gaston Musemena.

Deux sites sont retenus pour cette exposition consacrée à l’importance de l’eau à l’école. Le premier, dans la commune de Ngaliema, vise à sensibiliser les responsables des écoles de cette municipalité à l’importance de mettre à la disposition des élèves suffisamment des laves mains et des toilettes hygiéniques bien entretenus. Le deuxième concerne les écoles de la commune de N’djili, dans la partie Est de Kinshasa.
Les élèves et enseignants sont les plus ciblés par cette campagne. En sus de l’exposition des publications scientifiques et ouvrages juridiques sur l’importance de l’eau, il est prévu des formations et des sensibilisations pédagogiques à leur intention.

RATIONALISATION DE L’UTILISATION DE L’EAU
L’accès à l’eau potable est un droit reconnu par la constitution de la RDC et par bien d’autres instruments juridiques internationaux auxquels le pays a ratifié, a rappelé le ministre de l’EPSP. A l’en croire, cette exposition donne l’opportunité aux élèves de se renseigner davantage sur le cycle de l’eau, son origine, sa production, son processus de distribution, sa bonne conservation et la rationalisation de son utilisation.
"Cette exposition sera en même temps l’occasion d’attirer l’attention des élèves sur les conséquences liées à la mauvaise gestion de l’eau. L’eau est une nécessité vitale, certes. Mais elle peut aussi devenir destructrice des vies humaines, lorsqu’elle est polluée. Elle devient en ce moment là un moyen de transmission des maladies d’origine hydrique telle que le choléra qui sévit ces jours-ci dans les 22 provinces sur 26 que compte la RDC", a déclaré le ministre Musemena.
Pour le représentant pays de l’Unicef, Gianfranco Rotiliano, l’eau et l’école sont indissociables. L’enjeu majeur de cette exposition, explique-t-il, c’est de faire en sorte que l’accès à l’eau potable soit garanti en milieu scolaire. Il a invité les élèves à s’approprier les enseignements dispensés dans le cadre de cette exposition et à être des ambassadeurs de l’Unicef dans leurs milieux de vie respectifs.

PLAIDOYER DES ELEVES AUPRES DES AUTORITES
Apres la phase des allocutions, la délégation du ministre de l’EPSP, accompagnée des dirigeants de l’Unicef et d’autres partenaires du Gouvernement ont eu droit à une séance de lavage des mains, avant de faire la ronde ses stands pour visiter les ouvrages et autres œuvres exposés.
Sarah Oniembe, 16 ans, a à l’occasion, lu le plaidoyer des enfants reporters de l’Unicef devant le ministre Musemena. Elle a commencé son propos par l’anecdote d’un élève de 5 ans qui a contracté la fièvre typhoïde suite aux mauvaises conditions d’hygiène qui sévissaient dans son école et qui a trouvé la mort par la suite en l’espace de quelques jours.
Dans ce document, les enfants reporters demandent au Gouvernement de la république, par le canal du ministère de l’EPSP, de doter toutes les écoles du pays des laves mains et des latrines adaptés à l’âge de tous les élèves. Ils invitent le ministre de tutelle à faire en sorte que toutes les écoles aient accès en desserte en eau potable et qu’elles disposent chacune d’un dispensaire scolaire.

RENFORCER LA SENSIBILISATION SUR LE LAVAGE DES MAINS
La cérémonie s’est clôturée par le dépôt, par le Comité provincial de la structure réunissant les enfants de Kinshasa, d’un autre plaidoyer auprès du chef de section Eau, hygiène et assainissement à l’Unicef. Cette structure demande à l’Unicef d’être leur allié privilégié dans le plaidoyer auprès de la REGIDESO en vue d’une adduction rapide des écoles de Kinshasa qui ne sont pas desservies en eau potable.
Les élèves de Kinshasa invitent l’Unicef à renforcer la sensibilisation sur l’assainissement en milieu scolaire, d’appuyer l’installation des cantines scolaires susceptibles de mieux protéger la santé des élèves et d’élargir le projet « Ecoles et villages assainis » dans d’autres écoles non concernées. "Nous espérons que vous allez faire quelque chose pour permettre aux élèves de Kinshasa de vivre dans un environnement assaini et hygiénique", a plaidé Aldi Kamulete, président du comité provincial des élèves de Kinshasa.
L’exposition sur le cycle de l’eau est organisée en prévision de la journée internationale de l’eau qui sera célébrée le 22 mars prochain sous le thème "La réponse est dans la nature". Un thème éminemment pertinent pour la RDC, pays riche en ressources hydrauliques, a soutenu le représentant pays de l’Unicef.
Orly-Darel NGIAMBUKULU
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top