Liens commerciaux

0
La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) s’est également exprimée sur la machine à voter, à la base d’une levée de boucliers de la part de l’opposition. Les évêques proposent la certification de cet outil par des experts.

Les évêques affirment que leur proposition fait suite aux nombreux doutes émis notamment par la commission électorale de la République de Corée du sud (NEC) sur l’utilisation de la machine à voter.

“Les voix discordantes se multiplient jusque dans la fabrication et la provenance de ces machines. La CENCO réitère sa demande de la certification de machines à voter par des experts nationaux et internationaux afin de trouver un consensus capable de rassurer toutes les parties prenantes sur le volet technique et sur le volet juridique”, a déclaré l’abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la CENCO au cours d’une conférence de presse ce vendredi 13 avril.

Les principales forces de l’opposition dont l’UDPS, l’UNC, le MLC et l’Ensemble ont, une fois de plus rejeté mercredi dernier la machine à voter.

“La NEC a exprimé de sérieuses inquiétudes à propos de l’introduction obligatoire (de ces machines) en RDC malgré la situation politique instable et un environnement vulnérable, dont de faibles infrastructures électriques et l’état des routes, le fort taux d’illettrisme et le climat tropical qui peut conduire à un mauvais fonctionnement des machines”, avait expliqué la commission électorale de la République de Corée du sud dans un communiqué.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) est actuellement dans la phase de sensibilisation des électeurs sur la machine à voter à travers les provinces du pays. Les élections sont fixées pour le 23 décembre 2018 conformément au calendrier électoral.

Rachel Kitsita
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top