Liens commerciaux

0
Avec environs 130 millions d’hectares de terres arables, la RDC dispose de potentiels nécessaires susceptibles lui permettre d’éradiquer complètement la malnutrition à l’intérieur de son territoire. C’est ce qu’a déclaré le responsable mondial de la nutrition à l’Unicef, Victor Aguayo, au cours d’une émission organisée le week-end dernier par le Réseau des journalistes amis de l’enfant ( RJAE).

Réagissant à une question de la presse, Victor Aguayo a appelé le Gouvernement congolais et ses partenaires à s’impliquer davantage dans la lutte contre ce fléau qui constitue un véritable ennemi du développement des nations. Ce, tout en insistant sur l’importance de veiller sur l’alimentation de l’enfant pendant ses mille premiers jours depuis le ventre de sa mère.
" Les deux premiers mois de l’enfant sont très déterminants pour son développement physique, mental et intellectuel. C’est ainsi que nous recommandons une bonne nutrition de la mère pendant la grossesse,l’allaitement maternel et les aliments de complément pour l’enfant. A ces trois fer de lance, il faut ajouter des soins de santé et une bonne hygiène", a indiqué Victor Aguayo.

LA LUTTE CONTRE LA MALNUTRITION, UNE PRIORITÉ
Pour le représentant du Secrétaire général à la Santé en RDC, Body Robert Ilonga, la lutte contre la malnutrition figure parmi les priorités des priorités de la RDC, au regard de la relation entre cette pathologie et le développement.
Il cite, parmi les actions préconisées dans le plan stratégique multisectoriel de lutte contre la malnutrition en RDC, la consultation préscolaire afin de détecter les nouveaux cas. Il recommande par ailleurs de les soigner le plus vite possible, la nutrition à base communautaire, la prise en charge intègrée et des journées porte ouverte dans le cadre de la sensibilisation.

UN FREIN AU DÉVELOPPEMENT
" La malnutrition est un problème multisectoriel qui requiert l’implication de plusieurs secteurs. C’est ainsi que nous en appelons à l’implication de tous. Le grand défi que nous devons relever reste le financement. Nous devons tous nous impliquer afin de supprimer la malnutrition sur l’étendue de la RDC", a-t-il indiqué.
Dr Michel Muvudi, responsable de la santé au sein de la Banque mondiale, s’est appesanti sur la relation existant entre la malnutrition et le développement. Il révèle que la malnutrition fait perdre à la RDC au moins 100 milliards de dollars chaque année.
" 6.000 enfants souffrent chaque année de la malnutrition. Ces enfants sont en retard de croissance et accusent un déficit cognitif irréversible. Ce qui constitue un véritable frein au développement du pays ", a-t-il affirmé.
" La nutrition est un domaine du développement. La Banque mondiale s’active dans la mobilisation des partenaires, la participation à des relais de concertation et l’orientation des décisions. Nous finançons les interventions et renforçons les capacités des systèmes de santé", a-t-il ajouté.
Le responsable régional de la nutrition à l’Unicef, Noël Zagre, a salué les capacités de la RDC à faire face à la malnutrition. " La RDC est un pays exceptionnel. Avec les capacités nutritionnelles dont elle dispose, cette nation a tout ce qu’il faut pour éradiquer la malnutrition", a indiqué
La République démocratique est l’un des pays qui comptent le nombre le plus élevé d’enfants qui souffrent de la malnutrition chronique au monde. Selon les statistiques du ministère de la Santé, 6.000.000 d’enfants de moins de 5 ans en souffrent chaque année. Environ 45% des décès d’enfants de moins de 5 ans dans ce pays sont dus à cette maladie. Orly-Darel NGIAMBUKULU
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top