Liens commerciaux

0
Le Centre de recherche forestière internationale (CIFOR), en collaboration avec l’Union européenne, a présenté les premiers résultats du projet FORETS, au cours d’une conférence de presse, hier jeudi 22 mai à Kinshasa. Parmi ces réalisations, il faudra noter l’inauguration des bâtiments de l’herbier et de la foresterie, un bâtiment de 2500 mètres à la Faculté des sciences de l’Université de Kisangani (UNIKIS), l’installation d’un nouveau laboratoire de biologie du bois à Yangambi, la formation académique et professionnelle de la population…

"Le projet a démarré en janvier 2017, mais nous avons passé les 18 premiers mois à mener des recherches approfondies pour bien comprendre le paysage et prendre des décisions fondées sur des preuves. C’est maintenant avec une grande satisfaction que nous commençons à voir la concrétisation de notre dur travail. Et ce n’est que le début. Nous menons déjà de nombreuses activités qui donneront bientôt des résultats", a indiqué, le Directeur général du CIFOR, Robert Nasi, devant la presse.
A travers ce programme, mise en œuvre par le CIFOR et financé par l’UE, les deux partis s’engagent à poursuivre des efforts pour la préservation des forêts et un cadre de vie amélioré pour les populations vivants dans et autour du paysage de la Réserve de biosphère de Yangambi.
Abondant dans le même sens que son prédécesseur, l’Ambassadeur de l’Union européenne en RDC, Bart Ouvry, a renchéri. " Ce projet est très pertinent pour apporter des solutions concrètes à la perte de biodiversité et au changement climatique observés au niveau mondial. Il est aussi le fil conducteur entre la recherche et le développement, afin d’améliorer les conditions de vie des populations ,et tout en assurant la durabilité des ressources naturelles dont elles dépendent. FORETS, vient apporter l’évidence de la contribution de la richesse de la biodiversité au développement économique et social de la RDC ".

PERSPECTIVES A VENIR
Dans les mois à venir, le projet continuera de lancer des initiatives dans les secteurs de l’agriculture et de l’agroforesterie, de l’énergie, de l’exploitation forestière et de la préservation de la flore et de la faune de Yangambi.
En ligne avec l’approche de gestion du paysage, FORETS, poursuit-il, vise également le développement de partenariats de type publique/privé, dans l’optique d’amener le secteur privé à investir dans des activités économiquement viables et écologiquement durables, afin d’améliorer les conditions de vie de la population et la génération de revenus pour les acteurs locaux.
La Réserve de biosphère de Yangambi qui dispose d’une biodiversité remarquable. Cette biodiversité est de plus en plus menacée par l’exploitation des ressources qui a lieu dans sa zone centrale comme dans ses alentours, car les communautés locales en dépendent pour vivre. Le projet FORETS contribue à la préservation de ces précieux écosystèmes en favorisant une gestion efficace de la réserve à travers la formation académique et professionnelle.
Par ailleurs, il sert aussi à améliorer et augmenter l’apport de l’agriculture, des forêts et des services écosystémiques au développement des communautés locales. Enfin, il permet de réduire la déforestation et d’accroitre les stocks de carbone séquestré par la biomasse, grâce à la protection, à la restauration et à la gestion des ressources naturelles. Fyfy Solange TANGAMU
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top