Liens commerciaux

0
L’auteur de la statue « batteur de tam-tam », située dans l’enceinte de la Foire internationale de Kinshasa (Fikin), André Lufua, se trouve actuellement relégué dans les oubliettes. Il a profité d’une visite que lui a rendue Me Jean-Pierre Mpasi Mazowa, candidat député national à la circonscription électorale de Lukunga, pour solliciter l’assistance du Gouvernement de la République.

L’appel de l’artisan de la statue que les kinois appellent affectueusement « Ekeko ya foire » résonne comme un véritable cri de cœur. Du haut de ses 95 ans d’âge, André Lufua appelle les autorités politico-administratives congolaises à lui venir en aide. Ce, au regard de ses loyaux services rendus à la nation congolaise.
Il a demandé à Me Mpasi Mazowa d’être son porte-voix afin de plaider sa cause auprès du chef de l’Etat, du premier ministre Bruno Tshibala et de la première dame Olive Lembe Kabila. « J’en appelle à la générosité de la première dame Olive Lembe Kabila. Je serai très heureux de la recevoir chez moi comme elle l’a fait pour les autres artistes. J’ai quand même servi ce pays. Je ne peux pas être complètement oublié comme cela semble être le cas », s’est plaint André Lufua, d’un air fatigué.

AIMONS-NOUS VIVANTS
Pour avoir défendu le drapeau congolais, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, dans le domaine de la sculpture, André Lufua mérite de son vivant une reconnaissance nationale, affirment certains analystes. Au-delà d’une assistance financière et des titres honorifiques, poursuivent-ils, ce sculpteur de haute facture mérite une statue sur une des artères principales de Kinshasa.
"Le plus inquiétant, c’est qu’André Lufua totalise actuellement près d’un siècle (95 ans). A ce titre, il est régulièrement secoué par des maladies liées au poids de l’âge et autres. Une raison de plus pour qu’il soit assisté à sa juste valeur par l’Etat congolais, ainsi que par bien d’autres personnes de bonne volonté", indique Me Mpasi Mazowa
« Il n’est pas correct d’attendre qu’il rende l’âme pour aller le pleurer avec de beaux discours et des assistances de toutes natures. C’est le moment idéal pour le faire. Il faut qu’il sache que son pays ne l’a pas oublié. Ce qui lui permettra de mourir en honneur, tout en sachant que son pays ne l’avait pas oublié dans les moments difficiles », a réagi un peintre rencontré à l’Académie des beaux-arts.

PERPETUER LA MEMOIRE DES PERSONNAGES HISTORIQUES
La visite de Me Mpasi Mazowa dans la résidence d’André Lufua a permis à cette icône de savoir que même si les autorités du pays semblent l’oublier, il existe encore des intellectuels congolais qui se battent à perpétuer sa mémoire et celle de bien d’autres filles et fils du pays qui se sont distingués dans n’importe quel domaine de la vie.
« Nous tenons à dire à la population de Kinshasa en général et à celle de Lukunga et de Ngaliema en particulier que le monument qui se trouve à l’intérieur de la Fikin est l’œuvre du sculpteur congolais André Lufua. Nous sommes allés le voir parce que nous estimons qu’il mérite nos hommages de son vivant. Surtout qu’il avoisine déjà un siècle. Nous lui avons apporté notre message d’espoir car nous devons nous aimés pendant que l’on est vivant », a indiqué le candidat député national Mpasi Mazowa.
« Notre visite est aussi une façon d’attirer l’attention des autorités sur ce grand personnage. Je crois que la RDC doit beaucoup à ce sculpteur. Pourquoi ne pas ériger un monument en son honneur comme ce fut le cas pour Lutumba Simaro. Je suis convaincu que cela vaut son pesant d’or. A cette occasion, André Lufua m’a demandé de dire spécialement à la distinguée Olive Lembe de l’assister, pourquoi pas de passer lui rendre visite dans sa résidence », a jouté cet avocat.
Honorer André Lufua de son vivant ne sera que devoir de mémoire. Ce sera l’occasion de permettre aux générations futures d’avoir la conscience du patrimoine historique et culturel du pays. Car, nombreux sont des adolescents d’aujourd’hui qui se posent des questions sur l’identité du véritable auteur du « Batteur de tam-tam » de la Fikin. Certains dans leur ignorance attribuent ce chef d’œuvre aux sculpteurs étrangers.
André Lufua invite tous ceux qui veulent l’assister à passer le voir dans sa résidence située sur l’avenue marine, au quartier Ngomba Kinkunsa, appelé communément quartier Upn, dans la commune de Ngaliema. Orly-Darel NGIAMBUKULU
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top