Liens commerciaux

0





Tout semblait aller pour le mieux dans cette République à démocratiser du Congo, jusqu’à ce que le coronavirus apparaisse dans le décor. Soudain, les gens se sont aperçus que le pays de Lumumba est dirigé par des inconscients, des incapables, des médiocres et des cancres d’un genre indéfinissable. En fait, on le savait déjà; on savait et on sait que ce pays est dirigé par un conglomérat d’aventuriers, mais avec l’irruption du COVID-19 sur l’échiquier congolais, la médiocrité des médiocres est apparue dans sa plus « laide » des robes. À Kinshasa l’immondice, les crétins, qui trônent fièrement à la tête des institutions, déambulent et annoncent des mesures tout aussi idiotes que les idiots qui dirigent le pays. On confine tout en déconfinant. N’est-ce pas « merveilleux » ça ?!










Dans les rues de Kinshasa tout comme sur les réseaux sociaux, ça vocifère et ça pousse des cris d’orfraie. Le coupable tout désigné, on le connaît : il est arrivé au pouvoir par la seule volonté de Joseph Kabila « le magnifique » et arbore souvent un sourire tout aussi stupide que la stupidité légendaire qui caractérise le pouvoir sans substance et stupide qu’il dirige avec le concourt d’une clique d’incapables tout aussi stupides que la démarche stupide qui les a conduits au pouvoir. « La RD Congo n’a pas de chance », disent les uns; « ce pays est maudit », se désolent les autres...

Et pourtant, ce qui arrive aujourd’hui à la RDC n’est pas seulement la conséquence d’une mauvaise gouvernance. En fait, nous payons très cher, nous Congolais, le prix de notre indifférence face à la médiocrité qui gangrène ce pays depuis l’arrivée de l’AFLD au pouvoir. Nous avons accepté d’être représentés par des incapables après la mort de Laurent-Désiré Kabila; nous avons pris des arrangements avec la médiocrité. Les têtes bien faites du pays et autres Mobutistes brillants, mais paumés et fauchés comme la poche des clochards de Gambela, se sont mis au service des médiocres arrivés au Congo avec des bottes de pluie moyennant quelques billets verts. Ceux qui étaient censés guider se sont mis au service de ceux-là qu’ils étaient censés guider.










Cette chosification de l’élite politique, intellectuelle et culturelle par les AFDLiens s’est accompagnée d’une clochardisation et d'une crétinisation massive de la population. Le cancer de la médiocrité s’est emparé du pays et s’est métastasé à vitesse grand V. La rigueur, le respect des principes et des valeurs ont été supplantés par la médiocrité, le clientélisme et les antivaleurs.

Depuis les premières élections prétendument « démocratiques » de 2006, que n’a-t-on pas constaté de consternant au niveau des candidatures à la présidentielle, aux législatives ainsi qu’aux provinciales ? Des individus au passé trouble, sortis d’on ne sait quel trou, sont devenus des députés et des ministres au Congo, sans que cela ne puisse choquer outre mesure. On voit défiler dans les institutions du pays des individus au périgée tout aussi bizarroïde que leur parcours. À tous les niveaux de la société, les médiocres règnent.

Mais attention! Le phénomène est aussi perceptible au niveau de la diaspora congolaise, où la médiocrité occupe la première place et dispute férocement son siège aux principes, à la rigueur et aux valeurs morales. En fait, au pays comme dans la diaspora, les médiocres ont pris le pouvoir. Ils sont partout, ils font du bruit et ont pignon sur rue. Il n’y aucune grande différence entre les médiocres qui sont au pouvoir et ceux des Congolais de l’opposition politique ou d’une certaine diaspora prétendument « combattante » qui affirment militer contre les antivaleurs de ceux qui dirigent le Congo par défi. Félix Tshisekedi et la plupart des incapables qui l’entourent ne proviennent-ils pas de la diaspora ? N’ont-ils pas été «combattants» un jour dans leur vie ?

Au Congo, on accepte d’être dirigé par des vauriens, et dans la diaspora ce sont les vauriens également qui sont les têtes d’affiche d’une mouvance prétendant défendre les intérêts du pays. Pire, on retrouve, dans les deux cas, des gens censés être des universitaires et/ou des intellectuels derrière ces vauriens.

Les politiciens proviennent de la société, et le pouvoir congolais est à l’image de la société congolaise : médiocre, sale et répugnante. Quand on défend les principes, on se montre critique envers les antivaleurs et intraitable face à la médiocrité, on est qualifié de « radical », de « haineux » voire de « vendu ». Des gens sans un début d’intelligence affirment tout bonnement « botala ye a lié », « Aza haineux » « Aza tribaliste » et patati patata... Et au final, on est surpris de voir le pays sombrer dans la misère et la bêtise. On est étonné de voir des farceurs raconter des sornettes à la population...

Quelle différence y a-t-il entre les cancres qui entourent Félix et qui disent travailler pour le bien-être des Congolais et les voyous qui ont jeté des sacs d’urine et d'excréments à nos jeunes gens lors du concert de Fally Ipula, toujours au nom de la défense du Congo ? Quelle différence y a-t-il entre certains combattants qui mentent inutilement pour se rendre intéressants sur les réseaux sociaux et les menteurs de la Tshibilie qui entubent la population ?

Que l’on soit du pouvoir, de l’opposition ou même d’une certaine diaspora prétendument « combattante », on verse dans le mensonge et les fausses postures, on ruse avec les principes, on prend des arrangements avec la médiocrité... tout en prétendant parler au nom du Congo et de son peuple. On marche sur la tête dans cette foutue « communauté » congolaise…

L’épidémie du COVID-19 est venue nous rappeler qu’il est très dangereux de ruser avec les principes et de prendre des arrangements avec le mal, d’où qu’il vienne. Le Congo se meurt parce qu’il est non seulement dirigé par des brigands et des va-nu-pieds, mais aussi et surtout parce que la plupart des Congolais se montrent indifférents au mal qui le ronge.

Nous payons cash notre indifférence face à la médiocrité qui ronge notre société. Certains diront que Patrick Mbeko est dur et insultant. Non, je qualifie les gens pour ce qu’ils sont. La médiocrité de notre société est toute aussi destructrice que la mauvaise gouvernance, la pandémie du covid-15 ainsi que la guerre menée contre nous par les forces du chaos...
LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top