Liens commerciaux

0
Un autre jeune activiste sacrifié par Nyonyi Bwanakawa et sa bande.



Encore une fois, le sang a coulé à Beni, entre les mains des agents de Nyonyi Bwanakawa, l’éternel maire de Ville de Beni. La victime, un jeune de l’école secondaire, Mr Freddy Marcus KAMBALE LUHINGO (22 ans), successeur de Luc Nkulula dans le martyre pour la sécurité, la paix et la démocratie au Congo, a été tuée dans la matinée du 21 mai 2020, au cours de la répression sanguinaire et génocidaire d’une manifestation pacifique contre l’insécurité croissante dans la ville. Freddy Marcus allonge donc la liste des martyres du Génocide de Beni.

Rappelant que compte tenu de la gravité de la situation qui sévit à Beni, toutes les marches sont légitimes, et qu’il faut les multiplier, nous réitérons que tout celui qui s’y oppose est considérable comme ennemi du peuple, hormis ceux qui ne comprennent pas encore facilement l’importance de crier tout haut et de parler de sa souffrance pour se libérer de son bourreau.









Cela dit, signalons que cette mort vient confirmer ce qui a toujours été signalé concernant la complicité en chaîne de plusieurs autorités civiles et militaires de notre pays, tel que dénoncé par beaucoup de militaires courageux, des enquêteurs indépendants, des membres de la société civile, etc. Le dernier cri d’alarme est celui de Mme Ida Sawyer, qui, sur son twitter, affirme ce qui suit : « Les massacres de Beni ne cesseront pas tant que les responsables ne seront pas traduits en justice. Les autorités congolaises n’ayant pas mené de poursuites judiciaires de manière crédible, la CPI devrait enquêter en vue de futurs procès ».



Des preuves de la complicité des autorités congolaises sont claires :

1. A la mort des civiles par massacres, pas de mot de compassion, pas d’intervention, pas de protection, et interdiction d’en parler à la Radio comme à la TV. Bref : Pas d’action concrète favorable à la population meurtrie. Même pas une journée de deuil. Les journalistes qui recueillent des données sensibles sur les massacres sont persécutés et menacés de mort.

2. Répression meurtrière de la population civile et non-armée pendant les manifestations pacifiques contre l’insécurité. Un génocide en pleine journée effectué en compte goûte.

3. Silence total des services de renseignement, des autorités civiles et militaires. Ils n’agissent que contre la population civile.

4. Composition de deux groupes au sein des forces armées et de la police : d’une part, les patriotiques, sans pouvoir, ni salaire, ni autorité et souvent éliminés en secret ou muté urgemment après une action en faveur de la sécurité et la paix ; d’autre part, les infiltrés et les complices, qui gèrent tout et tuent à leur gré. Ils ont tous les privilèges matériels et autres.

5. Création de la confusion : Invention et imposition de la thèse ADF-NALU, qui n’existent en réalité pas, et création d’une confusion dans l’opinion publique autour de M23, Nduma defense, présumés ADF (qui sont supposés être dans forêt), ADFARDC (cachés dans les enclos), Mai-Mai égorgeurs, tous des égorgeurs de la paisible population. Question de dissimuler les traces, pour cacher la vérité.

6. La pratique d’un commerce illégal par des autorités militaires, etc., même en vendant des produits volés pendant des attaques des égorgeurs, ou des produits agricoles et autres des zones où se produisent des massacres (ex : Cacao, minerais, bois, etc.).



Des preuves de la complicité de Nyonyi Bwanakawa :

Mr. Nyonyi Bwanakawa doit être considéré comme un de grands ennemis du peuple de Beni. Et les preuves de sa complicité sont nombreuses :

1. Le fait qu’il est éternisé à la tête de la mairie de Beni prouve qu’il est en bonne odeur avec ceux qui pérennisent les massacres à Beni (ville et territoire), c’est-à-dire le couple Kagame-Kabila.

2. Son arrogance et indifférence envers les manifestants pacifiques ;

3. Lui-même dit tout haut avoir des contacts et des appels avec des égorgeurs, et personne ne l’inquiète pour une affirmation aussi grave. Il affirme avoir même la liste des autres complices comme lui. Mais, la justice, inféodée et complice, n’a jamais voulu l’appréhender pour qu’il en rende compte devant la nation, en honneur des victimes, et pour la construction de la paix.

4. Il effectue des mouvements secrets vers Rwenzori à la rencontre du chef de Secteur, Mr. Bozi, un autre complice, éternisé lui aussi à la tête d’un secteur qui saigne. Et nous connaissons de quoi ils se parlent et où ils se rencontrent exactement, pour se recréer dans le sang du peuple de Beni.

Recommandations et suggestions

1. Démission ou destitution sans conditions de Mr Nyonyi Bwanakawa.

2. Enquêtes indépendantes sur la mort de Freddy Marcus et de toutes les victimes du génocide de Beni maintenu dans le silence.

3. Que la population et les organisations de la société civile prennent son destin en main. Il ne faut pas baisser les bras.

4. Que la jeunesse rejoigne le courage des activistes de la LUCHA pour lutter contre le changement total et sans conditions. Ou bien on lutte ensemble, certains d’entre nous en sacrifiant leurs vie pour la libération de tous une fois pour toute, ou bien on meurt tous ensemble et humiliés comme des moutons de l’abattoir.

5. Que les militaires patriotiques prennent le courage de se défendre et de défendre le pays contre son démembrement. La population est derrière vous et sait bien vous identifier.

6. Etant donné que les autorités congolaises sont complices, nous demandons que la CPI se saisisse urgemment de la situation de Beni-Ituri, d’abord pour arrêter le génocide en cours, puis arrêter et juger les auteurs des violations graves des droits de l’être humain. Car il y a ici des graves crimes contre l’humanité.



Kase Motema

Beni

©Beni-Lubero Online.
LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top