0
La situation sécuritaire et humanitaire va de mal en pis dans la région de Beni en proie aux attaques répétitives odieuses attribuées aux présumés rebelles ougandais des Forces Démocratiques Alliées (ADF) dans cette partie de la province du Nord-Kivu, dans l’Est de la RD Congo.

Dans une déclaration publiée, mercredi 3 juin 2020, la Convention pour le respect des droits humains (CRDH) constate « avec amertume que durant le mois de mai 2020, les populations des territoires de Beni et Mambasa ont été confrontées à une insécurité très grandissante, sous l’œil impuissant des forces de sécurité et de défense qui y sont déployées ».

Cette organisation de défense des droits de l’homme déplore « plus de 100 personnes massacrées sauvagement par les ADF en l’espace de trente (30) jours ».

« Il sied d’informer aux autorités si du moins elles l’ignorent, l’agglomération d’Oicha et ses environs sont entre le marteau et l’enclume, car entourés par l’ennemi. Ce qui justifie la désertification des villages et certains quartiers d’Oicha qui viennent de se concentrer au cœur d’Oicha sans abri qui ont besoin de tout. Plusieurs villages sont rendus déserts comme Makutano, Kakwavya, Kiravo, Landa, Ketchele, Ndalya, Kidepo pour ne citer que ceux-là », a-t-elle alerté.





La CRDH par le biais de son secrétaire permanent Patrick Mukohe recommande au Gouvernement de s’auto-évaluer sur les opérations militaires dans la zone depuis le début de l’insécurité, de relancer les opérations militaires dans la zone insécurisée et d’assister les familles des déplacés à Oicha qui ont besoin de tout.

Enfin, la CRDH appelle la population à dénoncer tout mouvement suspect et à la surveillance des uns et des autres pour éviter d’éventuelle infiltration.

Fabrice Ngima, à Beni
LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top