0









« Après les consultations sera égal à avant les consultations » tonne un communicateur de la plateforme. 

LAMUKA est écartelé. Deux de ses leaders ont répondu présents aux consultations menées par le Président de la République, Félix Tshisekedi. A savoir Jean-Pierre Bemba Gombo du MLC reçu mercredi dernier tandis que Moïse Katumbi Chapwe le sera demain. Mais LAMUKA n’est pas pour autant mort, il existe à travers les deux autres leaders Martin Fayulu Madidi et Adolphe Muzito qui, eux, n’ont pas traversé la rue. Ils le rappellent hier par l’un des leurs communicateurs Prince Epenge. Il souligne pour être bien entendu une bonne fois pour toute que leur plateforme politique LAMUKA n’est pas partante aux consultations de Félix Tshisekedi.

Pour eux, le Président de la république élu, légitime et légal n’est autre que le soldat du peuple Martin Fayulu Madidi. Quant aux consultations elles-mêmes, le communicateur Prince Epenge met la main au feu et soutient qu’il n’en sortirait rien. Rien du tout. Après les consultations sera égal à après consultations. Pourquoi ? Car, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un problème privé, pas d’Etat, avec son partenaire du FCC que Félix Tshisekedi vient ramener aux Congolais. Pour en faire quoi ? 

Ce qu’il est en train de faire avec ses consultations pour une union sacrée de la nation, tonne Epenge Prince, c’est comme changer deux maladies dans un même corps la peste qui remplace le choléra, on n’est pas du tout guéri. D’où à LAMUKA, on met Félix Tshisekedi au défi, après ses consultations, les Congolais n’auront pas du courant électrique chaque jour, ils n’auront pas non plus l’eau courant qui va subitement couler au robinet. 

Après les consultations de Félix Tshisekedi, le peuple congolais n’aura pas le bien-être. Il n’aura rien. Raison pour laquelle à LAMUKA, on insiste pour l’application du « Plan de sortie de crise de Martin Fayulu Madidi ». A LAMUKA, on est étonné de voir que pendant ses consultations, Félix Tshisekedi évite de plancher avec ses interlocuteurs sur les problèmes de fond et resté vague sur les vraies motivations de sa démarche. On ne l’a pas entendu aborder une question des plus essentielles qui est celle des reformes que réclame l’écrasante majorité de la population. 

Or, ces réformes sont justement présentées dans le « Plan de sortie de crise de Fayulu » qui avait été validé à l’époque par tous les leaders de LAMUKA et envoyé au corps diplomatique. Ce « Plan » prévoit une Institution qui n’est chargée que de conduire ces réformes au bout d’une transition de 18 mois devant conduire à des élections anticipées. 

Martin Fayulu avait aussi envoyé à Félix Tshisekedi une copie de son plan de sortie de crise. Mais Félix Tshisekedi n’avait jamais réagi. Là, c’est quand il ne s’était pas encore séparé de son partenaire du FCC. A ce jour où ils sont quasiment en rupture, il est tenu par la force des choses d’examiner ce « Plan de sortie de crise » de Fayulu Madidi. Car, soit-dit en passant, Félix Tshisekedi n’obtiendra pas la requalification de l’actuelle majorité parlementaire de manière légale. 

Car, la Constitution pose des entraves, c’est-à-dire des verrous. Comme par exemple celle qui veut que la désignation d’un Informateur qui n’intervient qu’au début de la législature de même que la constitution des groupes parlementaires. 

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top