0

Le conflit FCC-CACH prend de plus en plus des proportions inquiétantes. Les deux camps de la coalition s'affrontent depuis quelques semaines, avec tous les risques de gâcher la fête de la Noël 2020 et celle de la Bonne année 2021.

Tous les signaux sont au rouge. La dernière matinée politique de l'Udps en est un exemple éloquent. Le secrétaire général de cette formation politique dit disposer de preuves que le FCC veut éliminer physiquement le chef de l'État. Augustin Kabuya ne cesse de s'en prendre à la famille politique de Joseph Kabila à qui il incombe la responsabilité de la situation du chaos que traverse présentement la République démocratique du Congo.

De son côté, le FCC ne jure que sur le respect de la constitution pour régler la crise actuelle. Il indexe le CACH de débaucher ses élus pour arracher la majorité parlementaire. Cette force politique envisage même des marches, dans les prochains jours, pour dénoncer les dérives dictatoriales de Fatshi. Constant Mutamba crie au scandale face à la manière de gouverner du nouveau régime.

Et bien, à un mois de la fin de l'année, plusieurs Congolais craignent de passer les festivités dans un climat de terreur, dans leurs maisons. Un confinement forcé à cause de deux forces politiques qui se battent, et non par le fait de la deuxième vague du Coronavirus.

L'adresse du président Félix Tshisekedi à la Nation, après les consultations, est déterminant pour l'avenir du Congo et de la coalition FCC-CACH.
LM
congo-press.com (MCP)

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top