0






 Les récentes déclarations de l'ancien président de la République démocratique du Congo Joseph Kabila Kabange ne sont pas passées inaperçues dans le camp de Cap pour le Changement (CACH).

En effet, selon certains médias nationaux et internationaux, l'autorité morale du FCC aurait affirmé qu'il a signé un accord avec le président Tshisekedi mais pas à la RTNC, et encore moins à BCC.

Selon les mêmes médias, le sénateur à vie Joseph Kabila aurait également déploré que le fait que les ordonnances présidentielles portant nomination de nouveaux juges à la Cour Constitutionnelle ont été contresignées par le vice-premier ministre de l'Intérieur Gilbert Kandonde.

Dans une interview accordée à 7SUR7.CD ce samedi 31 octobre 2020 à ce sujet, le député national Éric Ngalula Ilunga est monté au créneau pour fustiger les propos de l'ancien chef de l'État Congolais.

"Les déclarations de l’ancien président Kabila démontrent à suffisance qu’il est le tireur de ficelle dans le blocage de l’action du président Tshisekedi", s'est indigné cet élu du peuple.

En outre, le député Éric Ngalula estime que l'autorité morale du FCC parle de la République démocratique du Congo comme s’il parlait d’un bien privé dont il détenait un titre de propriété. 

C'est ainsi que cet élu de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) appelle la classe politique congolaise toutes tendances confondues à s’approprier le message du chef de l’Etat du 23 octobre dernier.  

"Le FCC n’a pas de leçons à nous donner car nous connaissons son bilan pendant 18 ans au pouvoir. Le président a besoin d’une majorité parlementaire confortable pour faire passer des réformes et remettre notre pays sur les rails. C’est l’intérêt des Congolais qui doit passer avant tout et non les intérêts d’un individu qui ne reviendra plus comme président de la République", a-t-il martelé.

Dans la foulée, l'élu de Lupatapata dans la province du Kasaï-Oriental considère que même dans l'hypothèse où un accord existait bel et bien entre les deux personnalités (Tshisekedi et Kabila ndlr), il faut louer le fait que le président de la République a d’abord privilégié le peuple d’abord.

"Nous soutenons le chef de l'État", conclut le député national Éric Ngalula Ilunga, élu de Lupatapata dans le Kasaï-Oriental.

Pour rappel, la coalition FCC-CACH est au bord de la rupture depuis quelques semaines à cause notamment des dernières nominations, puis la prestation de serment de nouveaux juges constitutionnels nommés par le chef de l'État en juillet dernier. Le FCC a boycotté la cérémonie de prestation de serment de ces juges et a prévenu qu'il ne les reconnaîtra pas.

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top