0

À la Une des journaux de Kinshasa, les consultations nationales initiées par le président Félix Antoine Tshisekedi qui se poursuivent dans la capitale.

« Tsunami en vue », alerte le Soft International. Pour ce journal, «Si le navire FCC venait à chavirer en se vidant de son contenu, à tout le moins, si le FCC venait à perdre l’essentiel de ses élus, il faut s’attendre à un tremblement de terre historique suivi d’un tsunami avec d’imprévisibles dégâts collatéraux ». Le Soft International qui cite Willy Mishiki, ministre par le passé et dont les propos ont toujours fait scandale -qui vient de quitter le camp Kabila- « Tout serait cuit pour le Front commun du Congo, la plateforme pro-Kabila. Selon cet homme, rapporte le journal, une majorité de députés-267 au total sur 350 et 67 sénateurs auraient déjà fait leurs valises au FCC et fait formellement allégeance au président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilomb ».

Le Maximum, journal proche du FCC, lui, se demande au contraire si ces consultations pour l’Union sacrée ne cachent pas une Corruption généralisée. Alors que la crise bat son plein dans la coalition FCC-CACH, ce bihebdomadaire soutient que 338 députés nationaux sur 500 et quelques 80 sénateurs sur 109 ont réitéré leur appartenance au FCC de Joseph Kabila.

De son côté, The Post, sous le titre « Tshisekedi Le coup d’Etat permanent », constate qu’il y a un Ballet politique incessant au palais de la nation -le siège de la présidence de la République-depuis lundi 2 novembre. On n’avait pas vu cela depuis l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi en janvier 2019, peut-on encore lire dans ce journal qui observe que « Dès le premier jour de ces consultations, les services du président ploient sous le poids de nombreuses et curieuses propositions. Les mémos déposés par les uns et les autres ne comprennent pas seulement des idées lumineuses attendues pour sortir le pays du bourbier, relève The Post qui ajoute: « On y compte aussi des messages prophétiques… »

De son côté, Econews a compté 183 invités sur la liste de Tshisekedi. Pour le chef de l’Etat, affirme ce journal, la dissolution de l’Assemblée nationale reste le dernier recours. Devant le président de la République, les invités répartis en 22 groupes sont conviés à un exercice d’où naîtra une nouvelle dynamique : l’Union sacrée de la nation. Vraisemblablement, explique Econews, le chef de l’Etat explore diverses voies de sortie de la crise.

Un titre enfin dans le journal La Tempête des Tropiques : « FCC-CACH; chaque camp évite d’endosser la responsabilité de la rupture. La dégradation des relations entre les deux alliés s’est accélérée entre juillet et octobre 2020 lorsque le FCC qui détient la majorité absolue dans les deux chambres du parlement s’est rendu compte que son allié est parvenu à lui arracher le contrôle du pouvoir judiciaire, particulièrement la Cour constitutionnelle », écrit LaTempête des Tropiques qui constate que le président de la République n’a fait que profiter d’une brèche qui lui a été offerte à la faveur de la démission du président de cette cour Benoït Lwamba.


rfi.fr

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top