0





Le coordonnateur de la Dynamique pour une sortie de crise (DYSOC), Jean-Pierre Lisanga Bonganga reste fidèle à ses convictions. D’abord, le respect des textes avant toute chose.

Face à la transhumance politique observée ce derniers jours avec l’avènement de l’Union sacrée de Félix Tshisekedi, le proche de Martin Fayulu rappelle aux leaders du MLC et de Ensemble pour la République les dispositions pertinentes de la convention de Lamuka.

Sous un ton ferme, le ministre honoraire des Relations avec le Parlement fait remarquer que si d’aventure, Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi confirment leur adhésion à la nouvelle coalition créée par le président Tshisekedi, ils s’inscriront dans une démarche dialectique qui les met en porte à faux avec les dispositions pertinentes de l’alinéa 4 de l’article 3 de la convention de Lamuka du 27 avril 2019, muant cette lateforme électorale en plateforme politique.

« Tout membre fondateur, ainsi que tout membre adhérent peut se retirer de la plateforme Lamuka en tout temps. Le retrait d’un membre fondateur ou celui d’un membre adhérent ne peut donner lieu à la dissolution de la plateforme Lamuka ou à la revendication par ce membre d’un droit de propriété intellectuelle ou d’un quelconque droit juridique sur la plateforme Lamuka », a rappelé le coordonnateur de la DYSOC.


Lisanga Bonganga prévient que conformément à l’accord de Genève créant Lamuka, les signataires s’étaient engagés à mettre fin à leur carrière politique en cas de violation dudit accord.

« Il y a lieu de rappeler qu’aux termes de l’acte d’engagement que ces deux mêmes leaders ont signé le 11 novembre 2018 dans le cadre de l’accord de Genève, il est stipulé notamment qu’en cas de non-respect de cet accord de Genève, les signataires se sont engagés à mettre fin à leur carrière politique, de se soumettre aussi à l’opprobre de la nation et la sanction de leurs pairs », a-t-il dit.

Ainsi, il appelle les deux leaders à tirer toutes les conséquences de leur adhésion à l’Union sacrée.

« Au regard de ce qui précède, les deux leaders de Lamuka dont question, qui flirtent avec l’Union sacrée de la nation devront tirer toutes les conséquences de leur adhésion définitive à cette vision du président Félix Tshisekedi Tshilombo ».

Pour rappel, Bemba et Katumbi ont été reçus par le chef de l’État, Félix Tshisekedi dans le cadre de l’Union sacrée de la nation. Il a été notamment question de la nomination d’un informateur pour identifier la nouvelle majorité parlementaire.


LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top