0





Comme à l’accoutumée, le Président de l’Église du Christ au Congo (ECC), André Bokundoa Bo-likabe a dans un message écrit, adressé ses vœux des fêtes de nativité et de nouvel an aux fidèles de cette confession religieuse l’avant-veille. Avec un caractère rétrospectif, ce message est loin d’être qu’une simple prêche, mais aussi un appel à la responsabilité politique et intérêt à la République.


André Bokundoa peint un tableau d’événements politiques ayant caractérisés l’année 2020 : “2020 a été une année marquée par diverses incertitudes politiques. Nous avons assisté à l’appel du Chef de l’Etat aux consultations nationales, à la rupture de la coalition FCC-CACH conduisant à la tentative d’une requalification de la majorité parlementaire sous le label de l’Union sacrée de la Nation, en vue d’un nouveau Gouvernement ainsi qu’à la déchéance du Bureau de l’Assemblée Nationale”, peut-on lire dans son message dont une copie est parvenue à notre rédaction.


Le Chef de l’ECC n’a pas raté l’occasion de faire observer le dualisme au sein de la classe politique. “D’une part, une transhumance politique sans soubassement idéologique et, d’autre part, une volonté politique de vouloir changer le décor de l’architecture institutionnelle actuelle en vue d’aller aux réformes prioritaires”, a-t-il indiqué

Pour conclure le chapître politique, Bokundoa renchérit : “Certains politiciens ne mesurent pas le niveau de risque auquel le devenir de notre République est exposé. Ils prennent des engagements et des décisions beaucoup plus pour leurs intérêts personnels que ceux du peuple congolais qui continue à croupir dans la misère sans un lendemain meilleur. Des innocents meurent à la suite du comportement des dirigeants (conflit personnel, confiscation de pouvoir pour le pouvoir, alliance sans convictions ni assurances)”, conclut-il.

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top