Liens commerciaux

0
* Coordination grand Equateur : 72% ; Nord-Kivu : 64% ; Maniema : 62%

I ntroduction
A l’approche de la tenue des élections générales prochaines, Echos d’Opinion, qui s’est fixé la mission d’accompagner le processus jusqu’à son aboutissement, est allé tâter les pouls de l’opinion congolaise en vue de connaitre les intentions de votes en faveur du candidat Emmanuel Ramazani Shadary à la présidentielle du 23 décembre 2018. Une évaluation qui se fera coordination électorale par coordination électorale, selon la configuration administrative d’avant le dernier découpage, c’est-à-dire les onze anciennes provinces que comptait le pays. Ainsi, on peut mesurer à la fois, les performances de chaque coordination et l’impact des personnalités originaires dans leurs bases respectives ou des actions gouvernementales qui ont séduit l’opinion de différentes anciennes provinces. Facteurs qui influenceront à un certain degré le vote favorable au dauphin désigné du Raïs Joseph Kabila.

Le choix de ce candidat particulier parmi les vingt et un qui ont postulé au fauteuil présidentiel s’explique par le fait qu’il est celui qui a été désigné par l’actuel Chef de l’Etat pour lui succéder. Ensuite, il est soutenu par le Front Commun pour le Congo (FCC), une méga plate-forme électorale regroupant à la fois des partis de la majorité et de l’opposition.

1. Equateur (Equateur, Nord-Ubangi, Sud-Ubangi, Mongala, Tshupa) : 72%.

Le grand Equateur créé une surprise inattendue. L’ancienne province de feu le maréchal Mobutu arriverait en tête de toutes les provinces du pays dans les intentions de vote favorable à Monsieur Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du Front Commun pour le Congo (FCC) au cas où le scrutin présidentiel se tiendrait aujourd’hui, en lui accordant 72% de ses suffrages. A en croire aux différents interviewés, dans cette province où les activités industrielles liées aux bois et à l’agriculture sont pratiquement en arrêt, ce sont les différentes réformes et initiatives du professeur Michel Bongongo ayant amélioré le vécu du fonctionnaire de l’Etat, qui sont le moteur de ce vote plébiscite en faveur du candidat soutenu par le FCC.
La régularisation de la situation du fonctionnaire par la mécanisation des agents dits non payés, l’admission sous statut de nouvelles unités, la titularisation des intérimaire et la promotion en grade donnent les moyens aux nombreux chefs des familles à assumer leurs responsabilités. Le sens élargi de la famille africaine aidant, beaucoup trouvent leur compte. Donc, l’impact de l’action personnelle de Michel Bongongo et l’absence d’un candidat poids-lourd originaire de cette province ont beaucoup pesé dans les intentions de vote favorable à Emmanuel Shadary.
2. Nord-Kivu : 64%.

Après le grand Equateur, c’est le Nord-Kivu, qui se place en deuxième position dans les intentions de vote favorable au dauphin du Président Joseph Kabila. En dépit des incursions régulières des ADF NALU dans la région de Beni-Butembo, la population de cette partie du va voter majoritairement le candidat Emmanuel Ramazani Shadary avec l’espoir que celui-ci va accorder une attention particulière à leur situation sécuritaire. Ensuite, vient l’appui du Gouverneur de Province, Julien Paluku à qui la population reconnait la bonne gouvernance qui a fait du Nord-Kivu l’une des provinces locomotives du pays en termes des infrastructures et du développement.
3. Maniema : 62%.

Bien que le Maniema soit la province d’origine d’Emmanuel Razani Shadary, il n’arrive qu’en troisième position en termes d’intentions de vote favorable. Pour la frange d’opinion qui attend accorder ses suffrages au dauphin du Raïs, ce dernier, pense-t-elle, va continuer sur les traces de Joseph Kabila, qui est parvenu à faire sortir la province de son ornière pour la placer sur l’orbite du développement Bref, c’est la personne de Joseph Kabila lui-même qui a pesé dans la balance pour un électorat favorable à Shadary dans sa province d’origine.
4. Sud-Kivu : 58%.

A 58% d’intentions de vote favorable à Ramazani Shadary, la coordination électorale du Sud-Kivu arrive en quatrième position, après l’Equateur, le Nord-Kivu et le Maniema. A en croire les données recueillies au cors du présent sondage d’opinion, la province d’origine de Vital Kamhere va majoritairement accorder ses suffrages au dauphin de Joseph. Ici, c’est plus d’une décennie de paix instaurée sous Joseph Kabila que la population de cette partie du pays aimerait voir se perpétrer en vue de continuer l’œuvre de développement qui est amorcé. Il faut également souligner l’appui de Justin Bitakwira, un homme très populaire, surtout dans les territoires de Fizi et d’Uvira.
5. Province Orientale (Haut-Uélé, Bas-Uélé, Ituri, Tshopo) : 54%.
Ensuite vient en cinquième position, la coordination de l’ancienne province Orientale, la plus vaste et la plus peuplée de la RDC. Son vote a toujours été décisif lors de deux précédents scrutins présidentiels. Cette fois-ci, elle compte accorder 54% de son vote à Emmanuel Ramazani Shadary. Dans l’ensemble, la population de cette ancienne province, qui a vu les armées rwandaise et ougandaise à Kisangani, veut manifester sa reconnaissance à Joseph Kabila pour le retour de la paix et de la stabilité instaurée. C’est surtout les provinces de l’Ituri et du Haut-Uélé qui se placent en locomotives dans les intentions de vote.
6. Katanga (Haut-Lomami, Haut-Katanga, Lualaba, Tanganyika) : 46%.

La concurrence sera âpre dans la coordination de Katanga, ancienne province de Joseph Kabila qui n’entend accorder que 46% seulement des suffrages à Emmanuel Shadary. En termes d’intentions de vote qui lui sont favorables, le grand Katanga n’arrive qu’en sixième position. Les provinces de Lualaba et de Tanganyika se classent en tête de cette opinion favorable. Dans l’ensemble, la population du grand Katanga salue la paix, le développement et une certaine prospérité connue sous l’ère Joseph, qu’elle aimerait voir se prolonger sous Ramazani Shadary.
7. Kinshasa : 38%.
Avant le lacement de la campagne électorale, Kinshasa ne réserve au candidat Emmanuel Ramazani Shadary que 38% des intentions des votes favorables. Il arrive à la septième place au classement des coordinations électorales. La mégapole congolaise est un bastion de l’Opposition à cause d’un taux de chômage très élevé, des conditions de vie difficile, la criminalité urbaine faute d’éclairage et d’une électricité qui n’existe que de nom, le manque d’eau dans certains quartiers de la Capitale, l’insalubrité… Toutefois, 38% des Kinois entendent accorder leurs suffrages au dauphin de Joseph Kabila en guise de reconnaissance à la transformation spectaculaire de Kinshasa par la construction des infrastructures modernes. Au sein de cette frange d’opinion favorable à Shadary dans la Capitale, les fonctionnaires de l’Etat qui ont enregistré une amélioration notable de leurs conditions sociales, salariales et de travail, se placent en tête. Ici aussi, il faut reconnaitre le travail laborieux abattu par le professeur Michel Bongongo par la mécanisation des non-payés, l’admission sous-statut des nouvelles unités, l’élévation en grade et la titularisation des intérimaires. Un ensemble des mesures que les fonctionnaires veulent voir se renforcer et se poursuivre sous Ramazani Shadary.
8. Bandundu (Kwango, Kwilu, Mayi Ndombe) : 37%.

L’ancienne province d’Antoine Gizenga occupe la huitième place en termes d’intentions des votes favorables à Emmanuel Ramazani Shadary. Le floue des relations entre la Majorité Présidentielle et la présence de plusieurs candidats originaires de cette province, sont très préjudiciables au dauphin du Raïs. Mais pour les 37% favorables à l’élection du Candidats désigné du Front Commun pour le Congo (FCC), il faut soutenir l’unité de la nation et le courant nationaliste du FCC. La population de cette partie du pays, jadis prospère grâce à se plantations d’hévéa, caféier et palmiers à huile faisaient la prospérité, tout est morose depuis que toutes ces entreprises zaïrinisées avaient mis clefs sous paillasson. Mais, la vie reprend grâce à la Fonction publique et, il faut que le pays continue sur cette lancée et celle de la construction et de la restauration des infrastructures. La présence de Lumeya et de Richard Ndambo au sein du FCC influence le vote favorable au Dauphin du Raïs dans la coordination de l’ancien Bandundu.
9. Kasaï Oriental (Kasaï Oriental, Lomami, Sankuru) : 37%.

Avec 37% d’intentions des votes favorables à Emmanuel Ramazani, la coordination du Kasaï Oriental arrive côte à côte avec celle du grand Bandundu à la huitième place. La présence des candidats originaires de cette ancienne province et le difficile redémarrage de la MIBA, principale mamelle de la province sont les principales difficultés que connait le candidat Shadary dans cette partie du pays. Toutefois, 37% des électeurs lui sont favorables. Ils reconnaissent l’œuvre de paix et de la réunification du pays entreprise par Joseph Kabila depuis son arrivée au pouvoir jusqu’à son départ. C’est surtout le Sankuru désenclavé après une longue occupation par l’armée rwandaise sous le drapeau du RCD, qui aimerait voir Shadary succéder au Raïs pour la continuité du travail abattu par son prédécesseur.
10. Kasaï Occidental (Kasaï central, Kasaï) : 28%.
La coordination de l’ex Kasaï Occidental n’augure pas des bonnes perspectives en guise d’intentions des votes favorables à Emmanuel Shadary. Ayant été longtemps sous la bote des miliciens Kamwena Nsapu, la coordination de l’ex Kasaï Occidental se remet à peine des stigmates de la guerre civile. Néanmoins, 28% de sa population décide d’accorder leurs voix au candidat du FCC. Ils reconnaissent en la personne d’Emmanuel Ramazani Shadary, l’homme par qui la paix est revenue dans l’espace ouest-kasaïenne. Surtout dans la nouvelle province du Kasaï.
11. Bas-Congo (Kongo central) : 17%. C’est la coordination de l’ex Bas-Congo qui se classe au bas de l’échelle des intentions des votes favorables au candidat désigné du FCC. Seuls 17% de la population Nekongo espèrent accorder leurs voix à Ramazani Shadary. Cette frange de la population pense qu’il faut reconnaitre l’effort de modernisation de leur province initiée par le Président Joseph Kabila et les œuvres sociales de la 1ère dame, Marie Olive Lembe Kabila. Une politique qu’elle espère voir être poursuivie par son successeur, Ramazani Shadary.
ECHOS D’OPINION
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top