0






À l’issue du deuxième discours quinquennal de Félix Tshisekedi sur l’état de la Nation, prononcé le lundi 14 décembre, une frange de l’opinion est revenue sur les promesses faites par le Président de la République lors de son premier discours annuel en 2019. Des promesses jusqu’ici « non-tenues ». 


Dans un entretien accordé à POLITICO.CD, Tina Salama, Porte-parole adjointe du Chef de l’État, ne manque pas des pièces justificatives à brandir : « Certes la préoccupation principale de la population reste celle de voir les signaux forts notamment au niveau socioéconomique et cela est légitime. Cependant, il faut rappeler un contexte particulier que vit la RDC : nous sommes à l’heure COVID-19. Même les économies les plus fortes se sont effondrées et donc, la RDC n’est pas épargnée. C’est l’une des principales raisons qui ont fait que bon nombre des promesses du Chef de l’État n’aient pas pû être réalisées ».


Tina Salama note néanmoins quelques réalisations « à ne pas négliger » dans l’actif de Félix Tshisekedi en 2020. Elle parle notamment de « la gratuité de l’enseignement qui est devenue une réalité avec plus de 150 000 enseignants pris en charge par l’État ainsi que les homes de l’UNIKIN réhabilités après plus de 50 ans. Sur le plan sanitaire, Ebola a complètement été vaincu et aujourd’hui la RDC peut servir de modèle au monde entier grâce à son expertise locale. 450 nouveaux bus TRANSCO sont récemment arrivés et la relance de la MIBA est effective. Le prix du passeport biométrique a été révu à la baisse jusqu’à 99$ et un contrat a été signé pour la construction d’un chemin de fer par des Allemands avec pour effet induit des millions de dollars à la clé et des millions d’emplois à être créés. Il y a également la construction du barrage Inga 3 ainsi que la reddition de plusieurs groupes armés. Cerise sur le gateau, l’État de droit est en marche ».



À la question de savoir quel crédit accorder aux nouvelles promesses du Président de la République, Tina Salama rassure que « c’est maintenant que le diagnostic de la bonne gouvernance est clairement posé et qu’il est possible d’envisager des résultats palpables pour la population ».

Dans sa première adresse sur l’état de la Nation fin 2019, Félix Tshisekedi avait promis entre-autres le début des réflexions sur la question de la double nationalité, la dotation aux députés nationaux pour des assistances sociales, la mise sur pied de la chaine de la recette, l’élargissement de l’assiette fiscale, la création d’un guichet unique pour le paiement des impôts, la création d’une banque de crédit agricole et de développement rural, l’inspection de la RN1, la mise en œuvre de la Couverture Sanitaire Universelle, etc. Autant de promesses non encore réalisées.


LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top